Honeycomb dans la tourmente


Honeycomb s’est faite une bonne réputation parmi la communauté de passions avec de bon produit comme son fameux yoke ou le throttle quadrant de meilleur facture que celui de Saitek sans pour autant faire flamber les prix.


D’autres périphériques devaient venir comme le palonnier mais les précommandes devenues commandes tardent à être honorées et la colère gronde chez les clients mécontents.

Aussi, Nicki Repenning, le fondateur de l’entreprise, a pris sa plume hier pour expliquer directement sur Facebook le fond du problème chez Honeycomb qui serait du au montage financier à la création de l’entreprise et autre entourloupe de son partenaire.

Texte original copié ci-dessous (source FB)

Time to tell everyone what is going on with Honeycomb and the Charlie Rudder Pedals.
I am writing this letter to explain the current situation and provide some clarity about what has been going on with Honeycomb and to offer you my sincere apology if you have been caught up in this in any way. I’m not trying to make any excuses or deny my responsibility for what happened. I should have paid more attention to what was going on and acted sooner. I have no one but myself to blame for that.

To fully understand how we have ended up where we are, I need to start at the beginning…

I initially had the idea to start Honeycomb, back in 2012, when working on growing Saitek in the US market. I saw a massive gap in the market, between high-volume gaming grade and low-volume, high-end flight sim equipment.

I built the Honeycomb business plan on utilizing my knowledge and network in both industries, to develop authentic, high-quality products at a price point that a lot more people could afford, by using the mass-production infrastructure of the consumer electronics industry, paired with product fidelity of the flight training industry.

The business plan was finalized in 2012, but even with a solid financial and go-to-market plan, finding an investor and capital to launch the company proved harder than expected. The startup was too small for venture capital, but too big for an angel investor.
In 2016, I finally found a partner to start Honeycomb with. He was a longtime friend whom I trusted, and I had already been working with to help develop the US market for his video game accessories. I had presented the Honeycomb business plan to him several times before, but he wasn’t in a financial position to commit to being part of the startup at the time. However, that changed when he was able to provide the funds needed to start Honeycomb together through a finance partner.

We agreed that he would be responsible for the financial side of the business, funding the product development and manufacturing as well as using his existing company in Hong Kong as a service provider to work with our manufacturing partners, to transition the AutoCAD files I provided of my industrial and mechanical designs into a product ready for mass production. Additionally, we agreed that we would use his distribution companies in the US, Europe, and Asia to sell the Honeycomb products, so I could concentrate on product development. In return, he would get a minority ownership stake in Honeycomb. We agreed that he would register the company for us in Hong Kong since it made sense from a development standpoint and the close proximity to our manufacturing partners in Shenzhen.

We had already started the development of the Alpha but finalizing our shareholder agreement and setting up Honeycomb as a company kept getting pushed off by my partner. Finally, when the company was established, I discovered that it was done so with 100% ownership under the corporate umbrella of my business partner. He explained that it was a requirement by his finance partners, who had a lean against his company as security for the loans and wouldn’t provide the funding otherwise. He promised we would finalize the shareholder agreement, specifying the ownership percentages, which were to be executed once the loans needed for the production and development were repaid. I would never have agreed to those terms in advance (and still don’t) and although I had reservations about the situation, I wasn’t looking to sell my shares anytime soon, so getting a written agreement in place that protected my rights, became a bigger priority than actually having the shares in my hand. However, despite numerous attempts to get it finalized, no agreement has been signed by him to this date.

During the first two years, I focused almost entirely on product development and during this time, I did not suspect anything wrong when reviewing the monthly and annual financial reports. Sales were great, and I had no expectations that we would be profitable from day one. However, by mid-2022, it became apparent that my business partner was in financial trouble and when Honeycomb ended up with a negative result despite having a record year, I started looking into the financials in detail. Once I started going through the books, every invoice and purchase order, one by one, I discovered that the service fees added to the factory cost (for the services provided in Hong Kong) were significantly higher than what we had agreed. In addition, the sales prices on the invoices to my partner’s distribution companies were lower than agreed. When I confronted my business partner about the findings, he assured me that it was just an accounting error and promised to get the books in order. I accepted the explanation and solution but didn’t push to have it done immediately, not wanting to worsen my partner’s financial situation at the time. To further help the cash flow situation, I made the mistake of agreeing to a limited pre-order campaign for the Charlie’s once the production schedule had been confirmed by the factory. However, when production was set to begin, I found out that instead of paying for the components required to manufacture the product, all the money received for the Charlie pre-order had gone elsewhere. The situation escalated in July 2023, shortly after we missed the planned shipping date for the pre-orders when the factory partner contacted me directly to inform me that they had still not received payment for the Charlie production or for the several thousand Alpha and Bravo’s they had manufactured and were sitting in their warehouse, which I was completely unaware of existed. Additionally, they had a significant amount of outstanding invoices, including for the injection tooling, required to produce the plastic parts for the Charlie. The extent of the situation caught me completely by surprise.

I flew to Hong Kong as soon as possible, to meet with the factory and my now soon-to-be ex-partner to find out what was really going on. As I suspected, things were bad, but I managed to negotiate a deal between all three parties, where my partner and his companies would no longer handle sales and distribution and I would also handle the factory partner directly. As part of the agreement, I was committing to help the factory recover the outstanding invoices by paying a significant premium on the existing stock as well as on the Charlie production. In exchange, the factory agreed to manufacture the Charlie, despite the outstanding debt, but I had to pay for the injection tooling as well as 50% deposit of the production cost upfront. Last month, all parties finally signed the agreement, and I have been able to find buyers for the majority of the existing inventory already. I used the slim margins left from the inflated cost to make sure that Honeycomb staff, who were also owed money by my partner, were getting paid. Some salary payments are still outstanding, but everyone should be fully up to date by next week. Unfortunately, this has left me unable to pre-pay for the tooling or deposit required to start the production of the Charlie right now. You can argue that the customer comes first and I should have prioritized the Charlie production but in my book, people come first, they have mouths to feed and rent to pay.

Since it is highly unlikely that I will receive the payments for the pre-orders from my ex-partner, I am currently working on several finance deals to be able to start production as soon as possible. How I pay it back is not clear yet, but I am determined that all customers receive the product they paid for, regardless of the financial impact to myself. Ultimately, it is my responsibility that we are in this situation, and I can’t expect anyone to carry the financial burden but myself. I am incredibly sorry to everyone who has been caught in the middle of this and hasn’t received their Charlie order as promised. I really appreciate everyone who have stuck around despite the extended delays, but I think it’s my duty to tell you that you might get the product faster if you cancel your order and reorder it from one of the official resellers once they have a confirmed that the shipment is on the way. Funding an order that is tied to an invoice is a lot easier than financing one that I have to pay out of my own pocket and while I will do everything in my power to ship the pre-orders first, I might not be able to do so. If you do cancel your order, you need to be aware that you will have to dispute the charges with your credit card company to get a refund. Shopify will not issue a refund to you. (explanation below). Call your credit card company before you cancel the order, to be sure it will be refunded.

For those of you who have already canceled your Charlie order but have not received a refund, you will have to do the same. I am really sorry for the inconvenience, but there is nothing I can do about the matter, I have tried. I will still send a Honeycomb hat to everyone as promised, canceled or not, just have a little patience with me.

The online store, which as mentioned, runs through Shopify and also manages our faulty return process, is controlled by the Honeycomb entity in Hong Kong, which is owned by my former business partner. When Shopify didn’t receive payments for the cancelations, they blocked further refunds and we lost our ability to send out return labels for faulty products and ship new replacement units back. Not that it mattered much, because the warehouse handling the returns had already stopped shipping out replacement products before that, due to, you guessed it, outstanding invoices. You can argue that I should have seen the writing on the wall much sooner, but I kept getting promises, that it would get sorted “next week” and sometimes it did, which restores some faith, but most of the time it didn’t. For the last two months, I have been trying to get units shipped from Europe to replace the faulty products, but my ex-partner has control of the inventory, and I have so far not been able to get him to cooperate on the matter. I am working on a solution with the factory, and they have promised to supply me with the replacement units once I’ve paid for the tooling on the Charlie, which should be soon.

*The one good news is that we have reached an agreement, that he will sell his assets in Honeycomb if I can find a new partner to buy him out. That’s where I’m currently at… *

I’m talking to several great companies, that not only have the financial means to accelerate Honeycomb’s growth but also the technical expertise to help me develop even better products in the future and I’m very optimistic that one of them is going to come through. Honeycomb is a great business opportunity and while there are some housekeeping items to be dealt with, the solutions are easily executable. Deliver the Charlie as promised, replace the faulty products, and make sure that all creditors are paid before the remaining purchase sum is paid out. Once that’s out of the way, we can focus on the future.

I wish that I had gone out earlier and told everyone what was going on, but in the beginning, I expected it to be a small but easily fixable bump in the road, and more recently, I was concerned that it could jeopardize my chances of getting Honeycomb back. But finding a solution is taking longer than expected and I can no longer, in good conscience, let this go on without being truthful to you about the situation.

There are a lot of lessons to be learned from this and a lot of things I could have done differently, but hindsight is always 20/20. I feel terrible for everyone who has been affected by this, but Honeycomb is my baby, and I will fight for her to the bitter end, and when I get her back, I will right all the wrongs, that is my promise to you!

I am incredibly proud of what Honeycomb has achieved and the products we have created but devastated about the situation we have ended up in. I still have big dreams for the future, including my non-profit, The Flight Sim Academy, which through an incredible industry support, is still going full steam ahead with opening 30 high school aviation STEM centers in North America (and more beyond), to not only inspire kids to become aviators but also help them achieve that dream. Honeycomb is a key part of that plan and will donate 15 complete flight simulators (Alpha, Bravo, Charlie & Delta’s) to equip all the SIM Labs at the centers. A lot of the new products in development had to be put on hold due to the financial situation, but once I have a new partner in place, we will be able to launch all of those fairly quickly and start the new projects I’ve been planning, which I can’t wait to tell you all about.
I cannot begin to express my gratitude to my team, especially in tech support and social media who despite not being paid on time since things have escalated, have stayed with me while dealing with an incredible amount of stress, not being able to help people, tell them when they will receive their product or the real reason why it hasn’t been shipped. They are the ones who were on the front lines and experienced the (justified) anger of customers, who were waiting for their products. If you contact them, please be kind. They are all dedicated people, who would love to provide you with a first-class customer service but have not been able to do so for a while, to no fault of their own.

I am also very thankful to all of you who have shown your loyalty and support from day one. I hope that once I have regained full control of my company and gotten things back on track, I can earn your loyalty and support once again.

I apologize for the poor communication and understand your frustration. While I wish I could provide you with a specific timeline for resolving the issues, I don’t want to make any promises that I can’t guarantee. However, moving forward, my team and I will provide you with regular updates until a solution has been found and the one thing, I will promise is that it will be done as fast as humanly possible. Please accept my apologies and thank you for your patience.

Thank you for taking the time to read through this very long letter and let me explain the situation in detail.

Again, my sincere apologies,
Nicki (Founder, Honeycomb)

1 Like

Merci Richard pour cette intéressante info. Honeycomb, ils font du bon matos pour des prix assez doux contrairement à d’autres. Comme quoi en affaire, il faut bien choisir ses partenaires sinon l’aventure tourne au cauchemard. Ce qu’il raconte est un véritable roman, digne d’une série netflix ! J’espère que le gars il va remonter la pente car ce serait dommage de perdre d’aussi bons produits bien conçus pour la simu.

1 Like

Une traduction en français en essayant d’être au plus juste par rapport au sens du texte original:

Il est temps de dire à tout le monde ce qui se passe avec Honeycomb et les Charlie Rudder Pedals.
J’écris cette lettre pour expliquer la situation actuelle et apporter des éclaircissements sur ce qui se passe avec Honeycomb et pour vous présenter mes sincères excuses si vous avez été pris dans cette situation de quelque manière que ce soit. Je n’essaie pas de trouver des excuses ou de nier ma responsabilité dans ce qui s’est passé. J’aurais dû prêter plus d’attention à ce qui se passait et agir plus tôt. Je n’ai personne d’autre que moi-même à blâmer pour cela.

Pour bien comprendre comment nous en sommes arrivés là, je dois commencer par le début…

J’ai initialement eu l’idée de créer Honeycomb, en 2012, alors que je travaillais à développer Saitek sur le marché américain. J’ai constaté un écart énorme sur le marché, entre les équipements de jeu à haut volume et les équipements de simulation de vol haut de gamme à faible volume.

J’ai construit le plan d’affaires Honeycomb en utilisant mes connaissances et mon réseau dans les deux secteurs, pour développer des produits authentiques et de haute qualité à un prix abordable pour beaucoup plus de gens, en utilisant l’infrastructure de production de masse de l’industrie de l’électronique grand public, associée avec la fidélité des produits de l’industrie de la formation au pilotage.

Le plan d’affaires a été finalisé en 2012, mais même avec un plan financier et de commercialisation solide, trouver un investisseur et des capitaux pour lancer l’entreprise s’est avéré plus difficile que prévu. La startup était trop petite pour le capital-risque, mais trop grande pour un investisseur providentiel.
En 2016, j’ai finalement trouvé un partenaire avec qui démarrer Honeycomb. C’était un ami de longue date en qui j’avais confiance et avec qui j’avais déjà travaillé pour contribuer au développement du marché américain pour ses accessoires de jeux vidéo. Je lui avais présenté plusieurs fois le business plan de Honeycomb auparavant, mais il n’était pas en mesure financièrement de s’engager à faire partie de la startup à l’époque. Cependant, cela a changé lorsqu’il a été en mesure de fournir les fonds nécessaires pour démarrer Honeycomb ensemble par l’intermédiaire d’un partenaire financier.

Nous avons convenu qu’il serait responsable de l’aspect financier de l’entreprise, en finançant le développement et la fabrication des produits, ainsi qu’en utilisant sa société existante à Hong Kong comme fournisseur de services pour travailler avec nos partenaires de fabrication, pour la transition des fichiers AutoCAD que j’ai fournis. mes conceptions industrielles et mécaniques en un produit prêt pour la production de masse. De plus, nous avons convenu que nous utiliserions ses sociétés de distribution aux États-Unis, en Europe et en Asie pour vendre les produits Honeycomb, afin que je puisse me concentrer sur le développement de produits. En échange, il obtiendrait une participation minoritaire dans Honeycomb. Nous avons convenu qu’il enregistrerait l’entreprise pour nous à Hong Kong car cela était logique du point de vue du développement et de la proximité avec nos partenaires industriels de Shenzhen.

Nous avions déjà commencé le développement de l’Alpha, mais la finalisation de notre pacte d’actionnaires et la création de Honeycomb en tant que société étaient de plus en plus repoussées par mon partenaire. Finalement, lorsque l’entreprise a été créée, j’ai découvert qu’elle était détenue à 100 % sous l’égide de mon partenaire commercial. Il a expliqué qu’il s’agissait d’une exigence de ses partenaires financiers, qui disposaient d’un appui contre son entreprise en garantie des prêts et ne fourniraient pas le financement autrement. Il a promis que nous finaliserions le pacte d’actionnaires, précisant les pourcentages de propriété, qui seraient exécutés une fois remboursés les prêts nécessaires à la production et au développement. Je n’aurais jamais accepté ces conditions à l’avance (et je ne le fais toujours pas) et même si j’avais des réserves sur la situation, je ne cherchais pas à vendre mes actions de si tôt, donc obtenir un accord écrit protégeant mes droits, est devenu une plus grande priorité que d’avoir les actions en main. Cependant, malgré de nombreuses tentatives pour le finaliser, aucun accord n’a été signé par lui à ce jour.

Au cours des deux premières années, je me suis concentré presque entièrement sur le développement de produits et pendant cette période, je ne soupçonnais rien d’anormal en examinant les rapports financiers mensuels et annuels. Les ventes ont été excellentes et je ne m’attendais pas à ce que nous soyons rentables dès le premier jour. Cependant, à la mi-2022, il est devenu évident que mon partenaire commercial était en difficulté financière et lorsque Honeycomb s’est retrouvé avec un résultat négatif malgré une année record, j’ai commencé à examiner les données financières en détail. Une fois que j’ai commencé à parcourir les livres, chaque facture et chaque bon de commande, un par un, j’ai découvert que les frais de service ajoutés au coût de l’usine (pour les services fournis à Hong Kong) étaient nettement plus élevés que ce que nous avions convenu. De plus, les prix de vente figurant sur les factures aux sociétés de distribution de mon partenaire étaient inférieurs à ceux convenus. Lorsque j’ai confronté mon partenaire commercial au sujet des conclusions, il m’a assuré qu’il ne s’agissait que d’une erreur comptable et a promis de mettre les livres en ordre. J’ai accepté l’explication et la solution, mais je n’ai pas insisté pour que cela soit fait immédiatement, ne voulant pas aggraver la situation financière de mon partenaire à ce moment-là. Pour améliorer encore la situation de trésorerie, j’ai commis l’erreur d’accepter une campagne de précommande limitée pour les Charlie’s une fois le calendrier de production confirmé par l’usine. Cependant, lorsque la production a commencé, j’ai découvert qu’au lieu de payer les composants nécessaires à la fabrication du produit, tout l’argent reçu pour la précommande de Charlie était allé ailleurs. La situation s’est aggravée en juillet 2023, peu après que nous ayons raté la date d’expédition prévue pour les précommandes, lorsque l’usine partenaire m’a contacté directement pour m’informer qu’elle n’avait toujours pas reçu de paiement pour la production de Charlie ni pour les plusieurs milliers d’Alpha et Bravo qu’ils avaient achetés. avaient fabriqué et étaient assis dans leur entrepôt, dont j’ignorais complètement l’existence. De plus, ils avaient un nombre important de factures impayées, notamment pour l’outillage d’injection, nécessaire à la production des pièces en plastique du Charlie. L’ampleur de la situation m’a complètement surpris.

J’ai pris l’avion pour Hong Kong dès que possible, pour rencontrer l’usine et mon futur ex-partenaire afin de découvrir ce qui se passait réellement. Comme je m’en doutais, les choses allaient mal, mais j’ai réussi à négocier un accord entre les trois parties, dans lequel mon partenaire et ses sociétés ne s’occuperaient plus des ventes et de la distribution et où je m’occuperais également directement de l’usine partenaire. Dans le cadre de l’accord, je m’engageais à aider l’usine à recouvrer les factures impayées en payant une prime importante sur le stock existant ainsi que sur la production Charlie. En échange, l’usine a accepté de fabriquer le Charlie, malgré l’encours de la dette, mais j’ai dû payer d’avance l’outillage d’injection ainsi qu’un acompte de 50 % du coût de production. Le mois dernier, toutes les parties ont finalement signé l’accord et j’ai déjà pu trouver des acheteurs pour la majorité du stock existant. J’ai utilisé les faibles marges laissées par le coût gonflé pour m’assurer que le personnel de Honeycomb, à qui mon partenaire devait également de l’argent, était payé. Certains salaires sont encore impayés, mais tout le monde devrait être pleinement à jour d’ici la semaine prochaine. Malheureusement, cela ne m’a pas permis de payer à l’avance l’outillage ou le dépôt requis pour démarrer la production du Charlie dès maintenant. Vous pouvez affirmer que le client passe en premier et que j’aurais dû donner la priorité à la production de Charlie, mais dans mon esprit, les gens passent en premier, ils ont une bouche à nourrir et un loyer à payer.

Comme il est très peu probable que je reçoive l’argent des précommandes de mon ex-partenaire, je travaille actuellement sur plusieurs financements pour pouvoir démarrer la production le plus rapidement possible. La manière dont je vais rembourser n’est pas encore claire, mais je suis déterminé à ce que tous les clients reçoivent le produit pour lequel ils ont payé, quel que soit l’impact financier pour moi. En fin de compte, il est de ma responsabilité que nous soyons dans cette situation, et je ne peux m’attendre à ce que quelqu’un d’autre que moi-même porte le fardeau financier. Je suis incroyablement désolé pour tous ceux qui ont été pris au milieu de cette situation et n’ont pas reçu leur commande Charlie comme promis. J’apprécie vraiment tous ceux qui sont restés malgré les délais prolongés, mais je pense qu’il est de mon devoir de vous dire que vous pourriez obtenir le produit plus rapidement si vous annulez votre commande et la commandez à nouveau auprès de l’un des revendeurs officiels une fois qu’ils auront confirmé que le l’expédition est en route. Financer une commande liée à une facture est beaucoup plus facile que financer une commande que je dois payer de ma propre poche et même si je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour expédier les précommandes en premier, je ne pourrai peut-être pas le faire. Donc, si vous annulez votre commande, vous devez savoir que vous devrez contester les frais auprès de la société émettrice de votre carte de crédit pour obtenir un remboursement. Shopify ne vous remboursera pas. (explication ci-dessous). Appelez la société émettrice de votre carte de crédit avant d’annuler la commande, pour être sûr qu’elle sera remboursée.

Pour ceux d’entre vous qui ont déjà annulé leur commande Charlie mais qui n’ont pas reçu de remboursement, vous devrez faire de même. Je suis vraiment désolé pour la gêne occasionnée, mais je ne peux rien y faire, j’ai essayé. J’enverrai quand même un chapeau Honeycomb à tout le monde comme promis, annulé ou non, ayez juste un peu de patience avec moi.

La boutique en ligne, qui, comme mentionné, fonctionne via Shopify et gère également notre processus de retour défectueux, est contrôlée par l’entité Honeycomb à Hong Kong, qui appartient à mon ancien partenaire commercial. Lorsque Shopify n’a pas reçu de paiement pour les annulations, ils ont bloqué d’autres remboursements et nous avons perdu notre capacité à envoyer des étiquettes de retour pour les produits défectueux et à renvoyer de nouvelles unités de remplacement. Cela n’avait pas beaucoup d’importance, car l’entrepôt qui traitait les retours avait déjà cessé d’expédier des produits de remplacement avant cela, en raison, vous l’aurez deviné, de factures impayées. Vous pouvez dire que j’aurais dû voir l’écriture sur le mur beaucoup plus tôt, mais on m’a toujours promis que cela serait réglé « la semaine prochaine » et parfois c’était le cas, ce qui redonne un peu de confiance, mais la plupart du temps ce n’était pas le cas. . Depuis deux mois, j’essaie de faire expédier des unités d’Europe pour remplacer les produits défectueux, mais mon ex-partenaire contrôle les stocks et je n’ai jusqu’à présent pas réussi à le convaincre de coopérer sur le sujet. Je travaille sur une solution avec l’usine, et ils ont promis de me fournir les unités de remplacement une fois que j’aurai payé l’outillage du Charlie, ce qui devrait être bientôt.

*La seule bonne nouvelle est que nous avons conclu un accord selon lequel il vendra ses actifs dans Honeycomb si je peux trouver un nouveau partenaire pour le racheter. C’est là que j’en suis actuellement… *

Je parle à plusieurs grandes entreprises, qui ont non seulement les moyens financiers pour accélérer la croissance de Honeycomb mais aussi l’expertise technique pour m’aider à développer des produits encore meilleurs à l’avenir et je suis très optimiste que l’une d’entre elles verra le jour. . Honeycomb est une excellente opportunité commerciale et, même s’il reste quelques éléments d’ordre administratif à régler, les solutions sont facilement exécutables. Livrez le Charlie comme promis, remplacez les produits défectueux et assurez-vous que tous les créanciers sont payés avant que le montant restant de l’achat ne soit payé. Une fois cela réglé, nous pouvons nous concentrer sur l’avenir.

J’aurais aimé sortir plus tôt et dire à tout le monde ce qui se passait, mais au début, je m’attendais à ce qu’il s’agisse d’un petit obstacle facile à réparer, et plus récemment, j’avais peur que cela puisse compromettre mes chances de réussir. récupérer Honeycomb. Mais trouver une solution prend plus de temps que prévu et je ne peux plus, en toute bonne conscience, laisser cela continuer sans vous dire la vérité sur la situation.

Il y a beaucoup de leçons à tirer de cela et beaucoup de choses que j’aurais pu faire différemment, mais le recul est toujours de 20/20. Je me sens mal pour tous ceux qui ont été touchés par cela, mais Honeycomb est mon bébé, et je me battrai pour elle jusqu’au bout, et quand je la récupérerai, je réparerai tous les torts, c’est ma promesse !

Je suis incroyablement fier de ce que Honeycomb a accompli et des produits que nous avons créés, mais dévasté par la situation dans laquelle nous nous sommes retrouvés. J’ai encore de grands rêves pour l’avenir, y compris mon organisation à but non lucratif, The Flight Sim Academy, qui, grâce à un incroyable le soutien de l’industrie, continue à plein régime avec l’ouverture de 30 centres STEM aéronautiques dans les écoles secondaires en Amérique du Nord (et plus au-delà), non seulement pour inciter les enfants à devenir aviateurs, mais aussi pour les aider à réaliser ce rêve. Honeycomb est un élément clé de ce plan et fera don de 15 simulateurs de vol complets (Alpha, Bravo, Charlie & Delta) pour équiper tous les laboratoires SIM des centres. Beaucoup de nouveaux produits en développement ont dû être suspendus en raison de la situation financière, mais une fois que j’aurai un nouveau partenaire en place, nous pourrons tous les lancer assez rapidement et démarrer les nouveaux projets que j’ai menés. planification, dont j’ai hâte de tout vous parler.
Je ne peux pas commencer à exprimer ma gratitude à mon équipe, en particulier au support technique et aux réseaux sociaux qui, même s’ils n’ont pas été payés à temps depuis que les choses ont dégénéré, sont restés à mes côtés tout en faisant face à une quantité incroyable de stress, sans être en mesure d’aider les gens. dites-leur quand ils recevront leur produit ou la véritable raison pour laquelle il n’a pas été expédié. Ce sont eux qui ont été en première ligne et ont connu la colère (justifiée) des clients, qui attendaient leurs produits. Si vous les contactez, soyez gentil. Ce sont tous des gens dévoués, qui aimeraient vous fournir un service client de première classe, mais qui n’y sont pas parvenus depuis un certain temps, sans que ce soit de leur faute.

Je suis également très reconnaissant à vous tous qui avez montré votre fidélité et votre soutien dès le premier jour. J’espère qu’une fois que j’aurai repris le contrôle total de mon entreprise et remis les choses sur les rails, je pourrai à nouveau gagner votre fidélité et votre soutien.

Je m’excuse pour la mauvaise communication et comprends votre frustration. Même si j’aimerais pouvoir vous fournir un calendrier précis pour résoudre les problèmes, je ne veux pas faire de promesses que je ne peux pas garantir. Cependant, à l’avenir, mon équipe et moi vous fournirons des mises à jour régulières jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée et la seule chose que je vous promets, c’est que cela sera fait aussi vite qu’humainement possible. Veuillez accepter mes excuses et merci pour votre patience.

Merci d’avoir pris le temps de lire cette très longue lettre et de me laisser vous expliquer la situation en détail.

Encore une fois, mes sincères excuses,
Nicki (fondateur, Honeycomb)

3 Likes

Compliqué.

Vraiment triste ce qui lui arrive au gars car cette boite propose vraiment du bon matos. On en avait marre de l’égémonie des proflight pourris de saitek vendus à prix d’or car on avait pas le choix :rage:
Concernant le business, il m’était arrivé le même genre d’aventure avec un ex-ami qui m’avait doublé pour se payer des objets de luxe persos. Un long calvaire néanmoins j’ai pu avoir gain de cause et le margoulin condamné mais j’ai pas pu récupérer toutes mes billes