BIA - Un diplôme pour suscité des vocations

BIA

Né en 1968, le BIA (Brevet d’Initiation Aéronautique) est un diplôme national et reconnu par l’industrie aéronautique. Il s’agit d’un brevet de “culture aéronautique” à mi-chemin entre loisirs et études en partenariat avec les aéroclubs. Le programme est défini par le ministère de l’éducation nationale. En France, 12 000 élèves sont inscrits au BIA chaque année.

Par manque de connaissances, de moyens ou tout simple par orgueil, la simulation aérienne est la plupart du temps boudée par les aéroclubs dans les parcours de formation. Heureusement depuis le Covid, le Réchauffement climatique et la flambée des énergies, les mentalités changent.
L’outil informatique apparaît comme un auxiliaire indispensable pour une mise en perspective des cours théoriques et une première approche pratique avant d’aller dans un cockpit. Cela commence par les plus jeunes afin de leur inculquer la vocation pour un secteur très porteur et rémunérateur. Au delà des polémiques sur les énergies fossiles, le secteur de l’aviation est en pleine mutation avec des ruptures technologiques pour réduire l’impact écologique.

En Mayenne, La formation du BIA au Lycée Lavoisier en partenariat avec l’aéro-club de Laval affiche 95 % de réussite au diplôme en 2021. Ce taux est impressionnant et la plus-value dans le CV très importante. Ce parcours est indispensable si l’on vise des stages ou des métiers dans l’aéronautique et le spatial. Il est le premier pas pour devenir pilotes, mécaniciens ou contrôleurs aériens et le secteur recrute.


bia_mayenne2

Page du Lycée Lavoisier:

Les inscriptions se dérouleront du mercredi 31 janvier au mardi 13 mars 2024 sur l’application Cyclades.

Ailleurs dans le Cantal, il y a l même engouement avec le collège de Saint-Mamet qui propose à ses élèves de 3ème d’intégrer la section Brevet d’Initiation Aéronautique.

Depuis trois ans, le collège de Saint-Mamet propose à ses élèves de 3ème d’intégrer la section Brevet d’Initiation Aéronautique (BIA), à l’initiative de deux professeurs passionnés d’aéronautique : Géraud Fanton d’Anton et Thomas Chaunut soutenus par la principale du collège : Madame Chazette.

Il s’agit d’un diplôme national et reconnu par l’industrie aéronautique. Les deux professeurs du collège dispensent les contenus théoriques concernant les principes de vol, la météo, la navigation ou encore la sécurité.
Les élèves vont voler deux fois en tant que passager puis piloter pendant une demi-heure un avion Cessna 172 sous les instructions des membres de l’aéro-club d’Aurillac.

Un outil immersif et réaliste

Depuis cette année, le Conseil départemental (représenté par Gilles Combelle et Florian Morelle) a financé le simulateur de vol. Géraud Fanton d’Anton est peu avare en compliments : « C’est un outil particulièrement immersif et très réaliste. Les élèves ont vraiment l’impression de piloter un véritable avion. Le son est exactement le même. L’achat du fauteuil par le collège a encore apporté un plus dans l’immersion. Les instructeurs de l’aéro-club ont vu une vraie différence avec l’arrivée des élèves ayant pratiqué le simulateur » .

Une section très féminine

Cette année, petite particularité, ce sont 19 élèves sélectionnés, dont 18 filles dans un domaine généralement plutôt masculin. Océane, 14 ans : « J’ai intégré le BIA par curiosité pour découvrir l’aérodrome, la sécurité et la navigation. Cela m’a permis de faire mon baptême de l’air » .

Iléana, elle, a fait montre de sa dextérité aux commandes du simulateur au cours d’une démonstration de vol conclu par un atterrissage sous les applaudissements des convives. « J’ai fait une dizaine de sessions de simulateur. Cela m’apporte un plus. Piloter un avion est une chose unique. Je conseille vraiment à tout le monde de connaître cette sensation » .

4 Likes

Merci pour ces infos. Je vais en parler à mes nièces qui sont à Laval