:xp: Un simple tour d'hélicoptère


#21

Une nouvelle branche d’environ 3/4 d’heure avec le retour de Ezio en place copilote et surtout le test de texture photo au sol.
Au départ

Ezio est serein, le relief est marqué mais l’altitude est suffisante.

Pas mal en texture photo…

Difficile de louper le repère annonçant l’arrivée, c’est le lac d’ohrid

Petit tour de repérage et de prise du vent

Et c’est posé, tout éteint, prêt à passer la nuit. Nous sommes entre Struga et Ohrid, en Macédoine.


#22

Juste magnifique!

ça change des graphismes que je peux avoir :stuck_out_tongue: #warrior (i7-2670QM 2.2GHz/8GB RAM/GT 540M)


#23

Initialement, j’avais prévu un vol d’environ 2 heures, de Ohri à Sofia. Les conditions météo en ont décidé autrement et je n’accomplis que la première branche dans un vent de 15 noeuds et des rafales bien fatigantes. Prévu pour durer 40 minutes, cette branche m’a tenue pendant plus d’une heure à maintenir l’appareil sur sa route.

Dés le départ, la manche à air m’annonçait la couleur, fièrement tendue à l’opposé de mon cap.

Prévus à 4000 pieds, les paquets de cumulus s’étendent en fait bien plus haut, m’obligeant à grimper au-delà de 5000 pieds pour éviter les risques de rencontrer le relief.

Et une fois installé à l’altitude de croisière sûr, il fallait encore lutter contre le vent pour tenir le cap. Sans GPS et sans pilote automatique, heureusement que le VOR de Skopje me donne son signal.

Une heure après le décollage, j’aligne enfin la radiale 34 avec la piste de LWSK en vue (à 11 heures, à gauche du montant du pare-brise).

Les mêmes rafales qu’au départ m’accueillent sur les installations de Skopje et je décide donc de poser sur le seuil de piste plutôt que m’aventurer au milieu des autres coucous sur les tarmacs.

Un vol éprouvant mais comme j’aime, un peu épicé, avec des morceaux d’imprévus dedans. La saison ne se prête pas à la traversée du Bosphore mais il faudra bien y aller.
D’ailleurs, si vous recherchez des conditions de vol pourries, je vous signale Badbadweather.com qui trie les METARs en fonction des mauvaises conditions météorologiques.
Bon vol et joyeuses fêtes de fin d’année.


#24

Décidément, la route vers Sofia n’a pas été franchement tranquille. La navigation n’a pas posée de problème et c’est tant mieux mais les conditions météo étaient franchement désagréables.
Froid (gel), neige (visibilité très mauvaises), vents (dérive du cap et chahut à l’arrivée).

La petite verticale habituelle au départ pour prendre le cap.

Au début, tout va bien

Et doucement, le paysage passe en monochrome

Jusqu’à ce que la limite relief-ciel deviennent difficile à discerner,

Et le brouillard masque les repères à moins d’avoir le nez dessus. Heureusement, j’ai fini par atteindre Sofia.

Il n’y a plus qu’à laisser le soleil de l’après-midi dégivrer l’appareil et réchauffer l’équipage.

Et vu les prévisions vers la prochaine destination, Alexandroupoli, je vais même laisser passer la nuit.


#25

Aujourd’hui, je comptais rejoindre directement Alexandroupoli mais j’ai finalement stopper à Plovdiv, d’abord parce que le terrain est beau, ensuite parce qu’avec ce temps mi-brumeux, mi-soleil dans la figure bas sur l’horizon, les lignes droites sont un peu casse-pieds, et enfin parce que Plovdiv, c’est la plus ancienne ville toujours habitée d’Europe ! Ha mais ! Quand même… Plus de 4000 ans d’histoire nous contemple :slight_smile:

Dès le décollage, au-dessus de Sofia, je sens que je vais devoir sortir les lunettes de soleil

Je confirme que le blanc laiteux lumineux du ciel est fatiguant alors après 3/4 d’heures, lorsque je vois l’oasis de Plovdiv, je fais le tour des installations et hop… direction le tarmac.

C’est posé, c’est rangé, nous verrons la suite une prochaine fois… Dis ? C’est loin Istanbul ?


(Laurent) #26

salut,

je viens de suivre tes aventures et c’est super sympa !! merci de partager :slight_smile: