Premier contrôle sur Lyon Approche


(Robin) #1

Le premier contrôle sur une position, ça fait toujours quelque chose. Plus ou moins certes, mais ça fait toujours plaisir, un juste mélange de fierté et de stress, très agréable.
Justement, il y a quelques jours, j’ai débuté sur Lyon Approche. J’ai encore un peu de mal, les débuts ne sont pas aisés. Je suis obligé d’avoir les cartes pour ne pas trop me tromper, et les interceptions que je donne sur l’ILS sont parfois un peu serrées… Ca finira par mieux se passer.
J’ai donc eu depuis mes débuts 5 ou 6 approches IFR. Lyon, c’est pas très compliqué, et surtout ça ressemble pas mal à Roissy que je connais déjà bien, donc je m’en sors tout de même pas trop mal. Mais seule l’expérience me permettra de bien progresser…
J’ai eu ce soir même une arrivée sur Lyon Bron, ça change un peu.


En bleu, trafic à l’arrivée vers Lyon Bron

Je me souviens de mon premier contrôle sur Roissy, il y avait énormément de monde et j’étais au prévol. C’était fantastique. Mais entre un simple prévol et une approche, il y a une grosse différence. Sur IVAO, je contrôle rarement les avions en l’air, donc je ne suis pas très habitué. Avant je contrôlais pas mal sur Deauville approche et Lille approche, mais il faut avouer que les deux sont assez… Calmes, ludiques.
Je n’ai pas encore eu beaucoup de trafic mais ça finira par venir. Malheureusement, sans le niveau ADC (examen pratique en tour pour l’obtenir), je ne peux contrôler ni le week end ni le mardi soir… Ca réduit les options.
Je pense ne pas trop tarder à contrôler l’approche pendant des évènements sur Lyon, ça garantit un minimum de trafic. Je vous ferai des screens :stuck_out_tongue:


#2

Merci pour ce retour d’expérience, c’est intéressant de voir un peu comment se passe le contrôle, on en parle assez peu finalement contrairement au pilotage.
Bonne suite de “carrière” :slight_smile:


(Robin) #3

C’est vrai que, malheureusement, ce côté d’IVAO est moins présenté… Mais je compte bien déroger à cette règle :stuck_out_tongue_winking_eye:


(Vincent BAZILLIO) #4

Tu comptes t’inscrire à l’ATC school ? A passer cet exam ADC ?


(Robin) #5

Malheureusement je ne vais pas faire l’ATC school : ça implique une présence un minimum régulière, et malheureusement je ne suis disponible que certaines semaines et certains jours.
Pour l’ADC, je ne pense pas encore avoir le niveau. Les connaissances peut-être mais le VFR n’est pas encore naturel pour moi. Et le VFR, sur IVAO, pour en avoir, il faut le vouloir…
Une fois j’ai eu 3 VFR en même temps je m’en suis plutôt bien sorti, mais une fois qu’ils sont dans le tour de piste c’est facile, l’intégration c’était bien passée, aucun souci. Mais s’il y avait eu des départs/arrivées IFR, ça ne serais pas si bien passé :confused:
Donc j’attends de me perfectionner.


#6

Pourquoi? Moi qui ne connais pas du tout le côté contrôle, c’est plus compliqué à gérer les VFR que les IFR?


(Robin) #7

C’est pas plus compliqué, c’est différent. J’ai beaucoup moins l’habitude en plus… Et un départ IFR dans un tour de piste bien séquencé avec trois appareils, ça doit mettre le bazar. Je ne peux pas l’assurer, j’ai jamais essayé :smile:


#8

Tiens, ça m’est un peu arrivé il y a quelques jours, en tour de piste à LFQQ, il y a deux IFR qui sont arrivés coup sur coup. Ba j’ai enchainé les 360 le temps d’attendre. :smile:


(jbaltazar67) #9

Un vol commercial est toujours prioritaire sur un VFR au départ ou à l’arrivé .
Tu peux toujours demander au VFR n1 de faire un prolongement de vent arrière , au n2 un 360 en fin de vent ARR. et au n3
un 360 à mi’vent Arr :grinning: à tester .


(Vincent BAZILLIO) #10

A propos de 360 (en vrai) à cause d’un Ryan Air:

Pour en revenir au sujet des VFR sur IVAO. Un des problèmes est que souvent les contrôleurs ont une trouille folle de voir deux plots (avions) VFR proche et donc se lancent dans des espacements stratosphériques ou carrément font du guidage radar. Sans parler de l’abus des points VFR et le manque de confiance (parfois justifié) sur l’autonomie d’un VFR comparé à un IFR. Par exemple, “rappelez en vue du terrain” se transforme “tournez à droite cap 213, descendez 1’500 ft”.


(Robin) #11

Je suis assez d’accord avec ton constat, mais j’insisterais sur le fait que la plupart des VFR se savent pas bien voler en VFR. Quand il y a deux trafics en tour de piste et que l’un fait sa vent-arrière à 2nm du terrain, déjà c’est plus du local qu’autre chose, et évidemment celui qui fait bien son tour à la bonne distance devance l’autre. Et ça met le bazar. Donc parfois il est tout de même justifié d’avoir une méfiance accrue des VFR…


(Vincent BAZILLIO) #12

… comme les IFR. Ce n’est pas un problème de régime de vol c’est un problème de compétence*.

* Ce n’est pas un reproche.


(Robin) #13

J’ai pour ma part vu beaucoup plus de VFR incompétents que d’IFR…


#14

Tiens, petite anecdote en passant.

Sur un terrain en A/A je fais quelque tours de piste main droite. En montée initiale, un autre trafic s’intègre dans le circuit de piste en main gauche.
La piste était un axe de symétrie quasi parfait entre nous, je l’ai pas lâché du regard et j’ai bien prolongé la vent arrière, on aurait fait nos derniers virages en même temps.


#15

Amitiés d’un ancien contrôleur aéronavale.