Petit vol décliné


#1

Attention, ce vol n’a rien de réaliste : il est juste là pour faire parler des chiffres et vérifier une méthode !
J’ai choisi un secteur superbement modélisé entre LFMP et LFMZ, pour un vol vite fait de 27,45 nautiques. J’utiliserai le pilote auto en mode Nav (et non pas GPS) pour être sûr de mes lignes droites.
Si j’avais voulu faire réaliste, j’aurais pris une carte, posé ma règle dessus et mesuré au rapporteur le cap à faire.
En virtuel, je ne dispose que de FS9 (plus un petit calculateur qui me facilite les opérations). Sur la carte de FS, je déplace l’avion sur la piste de départ, et je note les coordonnées ; pareil pour l’arrivée. Le calculateur me donne un cap de 346°. Sans vent : aujourd’hui, j’ai décidé qu’il n’y avait pas de vent !
C’est parti ! Dès le décollage, je branche l’autopilote réglé sur 346° et 5000 ft en mode Nav. Et je regarde. Moins d’un quart d’heure plus tard je vois apparaître le terrain avec ses éoliennes à moustaches (pardon : les éoliennes de Moustache ! ), mais bien loin sur ma droite…
En atteignant la latitude de la piste, je mets en pause et je note ma position. Je refais mes calculs, et je vérifie que j’ai bien arrêté le vent, au cas où. Correct…
J’aurais pu soupçonner le calculateur, l’autopilot, voire le positionnement du terrain (non, ça c’est pas possible), je préfère envisager la déclinaison !
Si j’avais voulu faire réaliste (air connu), j’aurais repris ma carte, cherché la déclinaison, la date de parution de la carte, la variation annuelle etc.
J’ouvre simplement la carte de FS, je déplace l’avion à proximité du départ, et je règle l’autopilote (Nav) sur 360°. Une fois stabilisé je mets en pause et je relève ma position. Je repars pour quelques minutes de vol et je recommence l’opération. Je transmets tout ça au calculateur qui m’annonce que j’ai fait route au 356°77 ! j’en déduis une déclinaison 3°23 W (ou -3°23).
Je recommence mon vol, mais en affichant 349° au lieu de 346° ce qui me conduit à survoler pile poil la piste de LFMZ. Joie et sérénité…
Pour faire plus vrai, je m’accorde un peu de vent : 15 kt au 90 ; commme je vole à 119 kt TAS, ça me fait une dérive de 7° à gauche que je compense en rajoutant 7° à mon cap. Je refais le vol avec un cap 356° : bingo !
J’ai tenté l’expérience dans une autre région (Grèce) et ça a l’air de fonctionner aussi. Je ne suis pas loin de croire à la méthode, j’attends encore l’expérience d’autres pilotes virtuels. 8)

"La théorie, c’est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. Ici, nous avons réuni théorie et pratique : rien ne fonctionne et personne ne sait pourquoi."
Pfff : il y a des gens pessimistes…


#2

Salut oldchaps,

Pas de vent, pas de vent!! as tu pensé aux éoliennes de Moustaches : elles soufflent sec.

Ce que je ne comprends pas, c’est le but ? Trouver une méthode pour corriger la déclinaison, trouver la déclinaison, trouver Une déclinaison.

Ce qui m’inquiète, c’est que ça fonctionne en Grèce. As tu essayé plus haut vers le pôle (au nord donc) ou plus au sud, car je pense que la déclinaison évolue à mesure que l’on s’éloigne ou se rapproche du pôle.


#3

J’avais déjà remarqué que la route indiquée par le pilote auto, en mode Nav, ne correspondait pas tout à fait en regardant le tracé sur la carte, d’où l’idée de déclinaison ; en plus, ça varie avec les régions choisies.
J’utilise la solution du vol d’essai pour déterminer cette déclinaison, à cet endroit. Mais je suis pas encore au top : des problèmes aux Antilles :cry: :cry: :cry: et je comprends pas (encore) pourquoi.
On peut toujours voler avec un GPS sur un DC3, mais je trouve plus marrant d’essayer de voler à l’estime : compas + chrono.
Ce que je cherche, c’est une méthode la plus précise possible, avec les seules données de FS (et un calculateur) ; après, il ne reste que les erreurs de pilotage… et ça fait déjà beaucoup ! 8)


#4

Bonjour !

… Déclinaison magnétique, pôles géographiques et pôles magnétiques !

Voici les empêcheurs de tourner en rond, et là, de se maintenir sur un cap, plus exactement sur ce qu’on appelle un “azimut magnétique” !
Cet azimut magnétique est obtenu en ajoutant au cap géographique - algébriquement - la valeur de la déclinaison magnétique du moment et du lieu où nous sommes.

En effet, l’homme étant cartésien sans le savoir et se basant sur le méridien de Greenwitch, a construit une couverture géographique à sa façon, décidant de l’emplacement des deux pôles géographiques … qui diffèrent, comme nous le savons tous, des pôles magnétiques, ceci étant le premier point.

Second point. La déclinaison magnétique varie en permanence tout au long des années, des jours, des heures, et des lieux géographiques. Pour la connaître et l’ajouter algébriquement au cap géographique, on se sert soit des indications indiquées sur les cartes à cet effet, soit il est possible de la calculer à partir de tables mises à jour régulièrement.
Dès lors, nous obtenons un cap magnétique, utilisé au compas, qui diffère forcément du cap géographique.

Cette différence de déclinaison varie en permanence, dans le temps et dans l’espace (lieu), tantôt elle est positive, tantôt elle est négative.

Cordialement.
A+ Charlie


#5

Bonjour à tous,

Ok oldblackbird, j’ai compris que tu cherches une méthode pour voler toujours plus juste sur Fs. C’est pas mal ta méthode, un peu fastidieux, mais bon, je crois qu’il y a peu d’autre choix sur fs, sauf à avoir toutes les cartes du monde.

Cela dit, le peu que j’ai piloté, et avec les cartes aériennes françaises en ma possession, la déclinaison, si bien expliqué par notre Golf du Lion national ne parait pas être le soucis premier des pilotes. Avec un bon Vor ou Adf, on est “guidé”, en Vfr, on voit ousqu’on va (en principe).

Reste les vieux bignoux. Je suis comme toi, je n’aime pas le gps sur un dc3.