Navigation en ULM avec MyFsLocator


#1

Bonsoir,
J’ai découvert avant hier le logiciel MyFsLocator.
Il y a quelques jours j’ai téléchargé l’ULM SkyRanger V.MAX…
depuis associant les deux je me régale en revenant à mes premiers vols…réels en Stampe, J3, NC853 et autres Pipistrelles qui eux ne volaient qu’à 120 Km/h et encore.
Et là pas de GPS, de pilote auto, de CDI RMI HSI RBI …
Je me suis préparé quelques navigations sur carte Michelin au 1/250000é
1 cm = 2.5 Km
L’ULM vole à 150 Kmh en croisiére RPM 5000 environ.
150Kmh = 2.5 Km à la minute…sur la carte 1 cm = 1 minute de vol sans vent…la nature fait bien les choses n’est ce pas?
Je tire des traits droits (les zones on s’en fout : vive la liberté) entre les villes Exemple Toussus Clamecy LFJC direct (200 bornes environ)…et je “balise” tous les 15 Km = 15 cm = 6 minutes de vol (toujours sans vent)…ben oui 150 Kmh/10= 15 = 6’ Bref.
Sur ma carte je note les villages soit pile dessous si non à proximité immédiate.
Comme le paysage n’est pas réaliste au point de prendre des repères réels on est bien obligé de tricher.
Afin de jouer le jeu sur le “tableau de bord” de MyFsLocator je régle pour ne voir que 3 items ** ou lieux de proximité , et l’angle sur 15 à 25° maxi. C’est l’angle de “vue” à gauche et à droite de la ligne de foi de l’avion (parce que la ligne du foie du pilote …ça laisse à désirer)
Donc lorsque le chrono arrive au temps prévu je dois lire le lieu prédéterminé si non à moi de me recaller…
Ainsi j’ai pu faire Toussus Barcelonnette (LFMR) =4heures environ … en me posant pour la bouffe et arrêts pipi et refaire le point, en survolant des lieux aux noms curieux.
Et avec du vent ça fonctionne trés bien en faisant le calcul mental comme du temps de Vercingétorix…à coups de serpes. Vive Simulsansrisc!
Merci EFSC pour leur cadeau c’est un petit chef d’oeuvre. Un petit reproche toute fois les chiffres du compas sont difficiles à lire ce qui fait que je triche avec Ctrl+Z. Mais même si je n’ai jamais fait d’ULM de l’An 2000 ayant fait de l’ULM dit Avion des années 50…IL est merveilleux
Depuis trois jours je me régale autant que de faire de l’IFR/IMC de nuit par mauvais temps avec le B58.
Voilà…Bons vols ! et n’oubliez pasl’aspirine et le casse croute!!!
Au fait les déclinaisons sont bien simulées sur FS.
Cordialement votre
Pierre

** pour faire encore plus “Hitchcockien” (Alfred) je mets 0 au lieu de 3 et quand arrive le timing fatidique je mets 1,2 ou 3…la surprise est totale.
Notez que si le pointde repèreest prévu travers ,gauche ou droite, il faut alors mettre 90° à l’angle de site.


#2

Nous mettrons en ligne ce week-end une nouvelle version du SkyRanger V.MAX, pour tenir compte de vos remarques et très bientôt le V.FUN avec Rotax 512.

Nous sommes actuellement très occupés par la commercialisation du Bloch MB152, premier avion de la collection “Bataille de France”, du Jodel D117 de la collection “l’aventure Jodel” et de notre premier décor “Île de France” de la collection “les régions de France”.

Nous espérons obtenir votre intérêt avec ces produits dont le succès commercial nous permettra de continuer à vous offrir régulièrement des ‘graticiels’ de qualité.

L’équipe EFSim


#3

j’espere que tu ne vole pas en réel :confused:

combien de pilote ulm utilise une carte michelin en vol ???

le dernier lui à été coupé en deux par un avion de chasse !!!

c’est con sur une carte michelin y a pas les zones régelmentées !!!


#4

hum,je crois qu’il faut se mefier des idées reçues
comme un bon nombre de mes copains,j’ai volé durant 20 ans avec une nav à la carte Michelin au 200.000 pour la plaine,250.000 pour la montagne…pour le VFR basse altitude ça marche tres bien

la 500.000 attention,pour se paumer,elle est redoutablement efficace
c’est bon dans un coin ou la nav est facile,comme la vallée du rhone,
par contre au dessus de la Beauce,ou dans certains coins du centre,une erreur d’appreciation ou un compas mal réglé et ça va vite

si tu risques de survoler une zone interdite rien ne t’empeches de les reperer avec une carte aéro avant les vols,en notant sur les cartes
et garder la 500.000 à portee de main dans le vide poches quand tu survoles la region parisienne


#5

no comment !!


#6

et,d’ailleurs,je serais tres heureux que tu nous fasse profiter de ton experience aeronautique,tu as certainement beaucoup de choses à nous apprendre!

tu m’excuseras,mais je trouve que tu le prends un peu de haut…


#7

bonsoir,

Tu as modifié ton post semble t il car hier soir j’ai lu une histoire d’un gars qui avait la carte Michelin sur les genoux apparemment au moment de l’atterrissage.

Ben si. !! :smiley: Et ça dure depuis pas mal de temps. Hélas Hélas Hélas!! :confused: :confused:
Un certain mois de février 1953 je passais mon second degré, ex TT, seul à bord d’un Stampe, 300 bornes minimum, 5 atterros avec une carte Michelin et une montre .
Pas de radio, pas de VOR, pas de lctr, pas de GPS pas de contacts ATC mais quand même quelques zones à éviter tels que terrains militaires et champs de tir sans parler des bâtiments sensibles tels que la demeure de B.B. etdu Gal de Gaulle par exemple, et tout ça pour me poser sur 5 terrains (au moins) fréquentés par des Gloster Météor, Sabre, Constellations et autres grosses bêtes. A l’heure actuelle quel est le pilote VFR qui n’utilise pas une carte dédiée au vol IFR ?? Notamment de chez Jeppesen !!!
Pourquoi faire ?? Bref.
Et encore maintenant quand je fais du VFR,(merci la retraite), après plusieurs décennies d’IFR/IMC un peu partout, et une petite collection de carnets de vol, je me permets encore d’utiliser Michelin et même certaines cartes qui me sont chères pour leur échelle plus intéressante encore et je les conseille à mes élèves…. :blush:
Soyons précis maintenant :
La réglementation dit ceci :
Obligation d’emport de documents :
les documents détenus à bord doivent être tenus à jour et en état de validité…je passe sur le reste pour ne parler que des cartes. De ce qui précède on en déduit aisément qu’il faut que les cartes, autorisées à bord (j’insiste), soient officiellement mises à jour à court terme…. ce qui n’est pas le cas des cartes Michelin puisqu’elles ne le sont qu’une ou deux fois par an je crois.
Donc lorsque je parle de la carte Michelin c’est pour plusieurs raisons pratiques, sans parler du jeu FS9.
1 la carte est à l’échelle pratique 1/250000 donc plus renseignée qu’une 1/500000 du SIA.
2 la carte est de carroyage en grades et non en degrés Or depuis qu’Adam voulut le mètre et Eve le centimètre, lorsqu’on prépare une nav avec utilisation du Kmh…. ça aide.
Mais ça on a tendance à l’oublier…dommage quand on fait avec bonheur de l’ULM.
3 cette échelle, et encore plus fouillées encore, telle que les cartes de promenades de l’IGN (plus officielle tu meurs) au 1/100.000, permet d’appréhender des points de repère non indiqués sur la 1/500000.
Par exemple entre Montluçon et Vichy une mine de Kaolin ou un simple bled qui permet de se recaler.
4 la carte Michelin ne peut être employée comme un volet de procédures VAC qui a pour objet entre autres de donner tous les renseignement concernant les arrivées et les atterrissages avec surtout la mise à jour et l’agrément officiel de la DGAC (toute carte de l’IGN a cet agrément mais…).
C’est une carte de navigation excellente par contre.
Pour en revenir à la réglementation, les cartes doivent être appropriées à la route envisagée et à toute autre route de déroutement (excepté pour le vol restant dans la circulation d’aérodrome (dixit)…moi pas d’accord car il arrive hélas le cas ou on ne peut passe poser donc je préconise d’avoir le pétrole suffisant et les cartes pour aller faire du tourisme en attendant mieux même en séances de tours de piste)
Maintenant qu’on ait une carte VISA, une carte Michelin ou la carte du menu du dernier restau fréquenté sur les genoux au moment de la finale et de l’atterrissage : c’est nul. Ca n’a rien à voir et c’est fortement déconseillé si ce n’est interdit.
Le crash ne peut être QUE la conséquence d’un défaut de pilotage et la doc sur les genoux un gros défaut d’organisation.
Depuis que j’instruis, 1957 (ben oui), toute doc sur les genoux 5 minutes avant la descente est interdite dans mon avion. Même et surtout en approches…la mémoire n’est pas faite uniquement pour les ordinateurs.
Une nav, avec déroutements possibles et envisageables, les arrivées, les approches et atterrissages ainsi que la conso et les devis de masse…ça se prépare et ça s’apprend longuement à l’avance avec TOUT matériel adéquat et adapté.
Pour conclure :
Prépa à long terme
1 il y a 3 à 4 heures de boulot sur une carte telle que Michelin et une 1/500.000 pour préparer un vol VFR d’une à deux heures. Ben oui !! surtout quand on vole à 150 Kmh (3 Nm en 4 minutes).
Je parle ici du vol VFR VMC sans les moyens radio … vive la liberté et même dans les régions infestées de zônes I, R et autres couloirs militaires.
Prépa à court terme et en vol
2 il y a la 1/500000 renseignée à la main grace aux échelles mieux renseignées pour suivre sa nav VFR.
Essaies une préparation pour une heure de vol avec l’ULM (pasde VOR ni autres balises…le pied) entre Le Mans et Blois avec la 1/500.000…pour un peu qu’il y ait un vent travers tu n’auras pratiquement qu’un ou deux repères pour te recaler. Avec le guide du “routard” :confused: tu en auras toutes les 6 minutes (15 Km) sans problème.
3 la carte VAC préparée et apprise à long terme sauf les fréquences balisage et altitudes de sécurités qui doivent être systématiquement vérifiées à chaque utilisation.
Et en vol toute la doc officielle doit être à bord : la liste est clairement spécifiée. Mais on peut aussi emporter des bonbons et une calculette….cette dernière en général restedans la boite à gants parce que ça tabasse et on ne voit pastrésclair ou alors … on risque le passagedos (ça m’est arrivé avec un élève trop bureaucrate)
Et surtout pas de doc ni sur les genoux ni sur le bandeau du tableau de bord aux moments décollage, montée et 5 minutes avant atterrissage
Et en IFR je suis encore plus emm….ant que ça.enfin j’étais parce que maintenant j’apprends à utiliser ce p… d’ordinateur avecFS9…
Voilà et vive Michelin qui fait de bons pneus.
Désolé pour la longueur de ce post. :blush: :blush:
Cordialement et sans rancune 8) 8) 8)
Pierre


#8

re,

CORRECTION:

:blush: :blush: :blush: :blush:

c’est l’inverse car 150 Kmh = 80 Kts = facteur de base 3/4 ce qui veut dire 3 minutes pour 4 Nm.
Mais aussi 150 Kmh = facteur de base de 4/10 qui veut dire 4 minutes pour 10 Km…
la prochaine fois c’est promis je me relirai…
Bonne nuit les amis
Pierre


#9

Re RE
décidément je n’arrive pas à décoller :confused: :confused:

F-Lima Yankee je viens de voir que tu es à Vancouver…l’une des villes et région que j’adore pour l’avoir visité à l’occasion de trois stages à Seattle Boeing Field (1974/75)… j’y avais de trés bons amis pilotes instructeurs d’Air Canada…
J’ai habité à Richmont. J’espére un jour prochain y retourner pour me faire photographier à Stanley Park devant un totem … 25 ans aprés.
Et …hum…un conseil…n’utilise pas la 1/500000 dans cette région tu louperais bien des coins de pêche 8) … ce que j’ai fait en Beaver, avec flotteurs, avec un instructeur simu B737 de Vancouver en visitant les lacs de toutes les couleurs. :smiley:
Mes amitiés
Pierre