Inconvénients aéroports sans moyens de radionavigation


#1

Bonjour je suis un eleve ingenieur en aeronautique, presentement je travail sur un projet qui porte sur une etude du besoin en equipement de radionavigation( VOR, NDB,ILS,DME,…) dans des aerodromes.
Je voulais savoir les problemes qu’on pourrait se rencontrer eventuellement dans un aerodrome où ces equipement n’esistent pas.
Merci d’avance


La routine du vol dominical :)
(Vincent BAZILLIO) #2

Bonjour NIASS. Que cherches-tu à savoir histoire de voir si on peut t’aider ?


#3

Oui en gros c’est ça.


(Vincent BAZILLIO) #4

Et bien c’est tout de suite plus clair.


(Robin) #5

Bonjour @NIASS et bienvenue !
J’ai créé un nouveau post pour que la discussion de l’ancien post reste claire et qu’on évite de s’éparpiller.
Je pense que tu as lu un peu vite la réponse de @vbazillio, il te demandait d’éclaircir ta demande pour qu’on puisse plus facilement t’aider :wink:

Je ne vais pas avoir beaucoup de choses à apporter par manque d’expérience du réel…
Disons que ça dépend beaucoup des moyens de radionavigation et de l’endroit.
Prenons quelques cas concrets, à commencer par Mortagne-au-Perche (LFAX), un très petit aérodrome. L’absence d’ILS ne s’y fait absolument pas ressentir, et pour cause, personne ne l’utiliserait, il n’y a que de petits avions qui y vont et il n’y aurait aucune application commerciale.
Ensuite, on peut parler de Lille (LFQQ) qui sera parfait pour parler de l’absence d’ILS, car Lille est équipé d’une approche ILS en piste 26 mais pas en 08. Lorsque la piste 08 est en service, il ne reste que deux autres approches : RNAV(GNSS) et VOR. Je vois (en tant que simmeur passionné, rien de plus) deux inconvénients :

  • Un premier de précision (l’approche ILS est plus précise qu’une approche VOR et pour le moment l’ILS reste bien plus précise et fiable que la RNAV) duquel découle de plus un problème d’utilisation en cas de faible visibilité. En effet, sur LFQQ par exemple, le pilote doit avoir visuel sur la piste à :
    -> 200ft sol en approche ILS 26 avec une RVR (Runway Visibility Range, visibilité sur la piste) de 550 mètres minimum
    -> 300ft sol en approche RNAV 08 avec une RVR de 1400 mètres minimum
    -> 440ft sol en approche VOR 08 avec une RVR minimale de 1500 mètres ou 2000 mètres selon l’avion.
    On précisera que l’approche VOR 08 n’est même pas dans l’axe de la piste.
  • Un second problème de facilité, car les équipages sont bien plus entraînés et surtout habitués aux approches ILS qu’aux autres types d’approches. La RNAV, bien qu’ayant un très bel avenir, n’est pas encore tout à fait au point et les avions eux mêmes manquent parfois d’équipements. Les compagnies restent parfois réticentes vis à vis des approches RNAV.

Je n’ai pas grand chose d’autre à dire sur les autres moyens de radionavigation, je ne suis pas assez expérimenté pour me rendre compte du réel impact de leur absence, que ce soit sur des vols VFR ou IFR…


#6

Vraiment un grand merci à vous pour l’aide que vous apportez.


(Antoine Rogues) #7

Salut,

Arrêtons de dire que l’avenir c’est les approches RNAV.
C’est le présent.
Les approches RNAV sont au points. Certaines machines (les grosses, type 320/737 et un peu plus gros) ne sont pas encore LPV (mais LNAV+Baro VNAV souvent ou que LNAV, mais souvent la où ils vont il y a des ILS).

Sinon Niass, si tu es élève ingénieur, cherche sur internet, tu as TOUT (mais faudra bosser, lire, résumer, assimiler …).


(Richard) #8

L’avenir pour les aerodromes c’est avant l’argent. Ils evolueront surement en hub pour engins volants autonomes comme les drones de livraison ou les taxis volants sans pilotes