Convoyage (V) : Rech pil priv ... s'adr à l'hot Mart


#1

Résumé des épisodes précédents :
Chris, un riche ami américain, m’a demandé de lui convoyer son Bonanza de Sion à Grenoble, où je devais le retrouver et récupérer un PA28 à ramener en Suisse. Arrivé à Grenoble, cependant, c’est sa copine Sophie qui m’accueille. Chris m’a laissé un mot me demandant de conduire Sophie à Barcelonnette à bord du PA28, pendant que lui ferait escale à Sisteron pour me préparer une surprise. Sans nouvelles de Chris, je décide de le rejoindre à Sisteron de bon matin. Hélas ! arrivé sur place, je trouve l’aérodrome désert et un message de Chris sur ma boîte vocale, m’invitant à le rejoindre à Cannes, à l’hôtel Martinez.


Épisode V : Rech pil priv pr conv sur tr bipl, s’adr à l’hôt Mart, et plus si affinités.

J’arrive enfin à la suite 512, réservée par mon ami Chris. Celui-ci m’accueille par gestes, sans lâcher une seule seconde sa conversation en anglais au téléphone. Toujours par gestes, il me conduit dans une chambre plus vaste que la halle de montage des A380 et m’invite à m’y installer, tout en expliquant au téléphone qu’il faut refaire les évaluations mais que ça doit marcher coûte que coûte, quitte à revoir le contrat avec la Lloyds. Conscient qu’il risquait d’en avoir encore pour un moment, je lui fais signe que je vais prendre une douche.
Il me montre alors une salle de bains à côté de laquelle la Place Vendôme ressemble à un réduit à chaussures. Il claque des doigts, on entend un doux borborygme et mate un peu le jacuzzi qui se met à faire des bulles. Va pour le jacuzzi ! En moins de temps qu’il n’en faut à une contractuelle pour mettre une prune sur ta tire, me voilà étendu les orteils en éventail, la tête posée sur une sorte de coussin, et un jet qui me masse les lombaires pendant que les bulles glissent sur ma peau…
Au moment où j’allais m’endormir, Chris débarque avec deux verres de pastis et me demande si j’ai pu prendre congé demain. Je lui réponds que j’ai pris toute la semaine, ce qui semble le réjouir davantage que ce à quoi je m’attendais.
Il m’explique alors le programme : on va manger dans une heure sur une terrasse, puis sieste. À 16h, on a rendez-vous à l’aéroport pour que je fasse connaissance avec un canari. C’est ma surprise, il refuse d’en dire plus, mais vu que j’ai congé toute la semaine, il doit faire quelques téléphones.

Bon. Je sirote mon pastaga et réfléchis. Qu’est-ce qu’il a bien pu vouloir dire avec son canari ? Le jaune a souvent été une couleur d’avions école. Peut-être a-t-il dégoté un Bücker Jungmann, ou un Jungmeister ? Le jaune a aussi été utilisé dans la RAF, notamment pour des Tigres Mous [NdlR : Catilina veut sans doute parler de Tiger Moth]. Mais pourquoi à Cannes, parbleu ? qu’est-ce qu’il y a comme zinc à Cannes, qui ait un rapport avec un canari et qui vaille la peine de me faire venir jusqu’ici ?

Bah… verra bien qui verra le dernier.

Quelques minutes avant 16h, nous voici sur le tarmac de Mandelieu. Chris me présente Eric, un Canadien en tenue de vol à l’ancienne, ce qui me conforte dans mon idée que le canari en question ne doit pas être tout récent. Eric me tend une sorte de casque en cuir, muni d’une protection simple mais efficace des oreilles, faisant également office d’écouteurs pour la radio, tandis que le micro est discrètement intégré à une petite tige sur la jugulaire du casque. Il m’explique que c’est ainsi que nous communiquerons dans l’avion.
Après une petite séance de rangement dans les poches de tout ce qui pourrait se détacher (genre la montre) et de fermeture des poches en question, nous voici marchant sous le soleil, qui cogne encore bien, en direction d’un canari qu’il me tarde de découvrir.

Ah ! voici l’oiseau. Bon sang ! un Spitfire aménagé en biplace ! Drôle de canari…

Le poste arrière, où je tâche de m’installer sans rien accrocher.

Prêt pour la mise en route ! Eric me recommande encore une fois de ne toucher à rien…

Chris a pris un cliché pendant le roulage.

Alignés sur la piste. Je ne vois rien devant. Eric s’apprête à mettre la puissance…

Et voilà ! nous avons décollé. Quel bruit ! tout vibre…

Théoule-sur-Mer

Le Dramont, avec la plage du Débarquement

Saint-Raphaël

La plage de Saint-Aygulf

Roquebrune-sur-Argens

Le Massif des Maures, avec en arrière-plan le Golfe de Saint-Tropez.

La Presqu’Île de Giens

Toulon

Cavalaire-sur-Mer

La plage de Pampelonne, avec en premier plan le phare du Cap Camarat

La région de Ramatuelle, dans la presqu’île de Saint-Tropez.

Saint-Tropez.

Port-Grimaud.

Sainte-Maxime.

Puis nous avons rencontré un Fouga Magister avec lequel on a volé un petit moment sur la mer.

À bord, le capitaine Rondouillard a gentiment pris quelques clichés.


Retour sur la Côte, avec la Pointe des Sardinaux.

Les Issambres.

Fréjus.

Le Massif de l’Esterel.

Le Lac de Saint-Cassien.

Retour à Cannes. Finale sur la 17.

Roulage vers le parc.

Un bien beau vol. J’en ai les jambes qui flageolent…

En retrouvant Chris, je ne sais comment le remercier. C’est un privilège que de pouvoir voler dans un avion aussi mythique. Nous décidons d’aller à la plage nous rafraîchir dans la mer. Je suis sur un petit nuage.

Vers 20h, une limousine nous emmène dans un restaurant que Chris apprécie particulièrement pour ses gencives de porc (les meilleures du littoral) et où nous retrouvons Eric. Nous savourons l’apéro avec une anchoïade idéalement réussie, puis viennent mes petits légumes farcis, avec juste ce qu’il faut d’ail pour me rendre heureux. Pendant que Chris s’attaque à ses gencives de porc, je savoure mon verre de rosé en regardant le soir tomber, et je me dis qu’il est bien dommage de devoir rentrer demain.
C’est à ce moment-là que l’Américain, après avoir échangé un regard complice avec Eric, me propose de mettre à profit cette petite semaine de congé.

La proposition qu’il me fait alors me laisse sans voix.

Mais vous, vous en jugerez en lisant Convoyage VI.
(à suivre)


(Jean Claude) #2

:confused: :confused: :confused: ARFFFF !!!..la suite, la suite !!! :smiley: :smiley: :smiley: :smiley: :smiley: :smiley: :smiley:

tchin)= tchin)= Merci Catilina pour ce récit. Et quelle belle région la Côte d’Azur !!!

:wink: A pluche
J.Claude


#3

toujours impatient et pressé de lire et connaître la suite ^^ xD

vraiment tres tres beau!!! mais le tournage est fais en multi joueur? pour avoir un Fouga Magister a coté de soi…


#4

La suite, la suite.

Voilà un avion original. C’est dommage, la copine Sophie (ou Cindy) ne vous attendait pas au restaurant.


#5

Salut

C’est super j’adore , la suite la suite la suite’ …!!! :smiley:


#6

Ouep vivement la suite ! Décidément j’adore ces petits récit !! :astonished: :astonished: :astonished:


#7

C’est un vrai feuilleton !

Pressé de connaître la suite, mais à chaque fois on se rapproche de la fin ! :laughing:

Rémy :open_mouth:


#8

Super, c’est vachement mieux que les feuilletons télé.

Et merci pour ces vues magnifiques, c’est la région ou je passais toutes mes vacances. Que de souvenirs.

Filou :smiley:


#9

Je prends un plaisir fou à lire ces recits depuis le debut ! vivement la suite ! jeme demande ce que chris le milliardaire nous a reserver ! :smiley:

BRAVO !


#10

:smiley: magnifiquement bien rédigé vivement la suite :exclamation: :exclamation: :exclamation: :exclamation: :exclamation:

bravo :smiley:


#11

ça c’est un beau cadeau : une virée en spit au dessus de la riviera !

manque que Sophie le soir au resto …