Convoyage (I): L'ami Sion


#1

Episode I : L’ami Sion

L’ennui, avec une licence PPL, c’est qu’il faut la conserver.
Et cette année, j’étais un peu limite au niveau des heures, quand j’ai reçu de mon ami Chris - un Américain pas vraiment dans le besoin - une missive pour le moins curieuse, jugez-en par vous même : Une enveloppe, postée à Sion, une carte “American Kipress” et un mot, rédigé dans sa syntaxe inimitable.

[i]Salut good ol’pal,

Je dois quit Sion pour une affaire urgent à Grenoble, mais ma Bonnie est un peu en trouble avec l’ignition, Charlie du ground staff dit c’est le bougie. Alors je lui laisse Bonnie pour le repair et je pars avec une PA28 à la place.
Je sais tu es toujours un peu short en flight hours. Charlie dit ce sera prête demain.
Peux-tu me conveyer ma Bonnie à Grenoble (Le Versoud) ? Je t’expliquerai tout devant une bonne bouffe, et puis après tu peux ramener la PA28, ça te fera tes heures. Voici un credit card, no limit pour tes expenses.

Take care, you silly old friend
Chris[/i]

Chris m’entraîne toujours dans des histoires incroyables. Mais la plupart du temps, ses “affaires urgentes” sont ravissantes et se prénomment Sophie, quoique d’ordinaire, cela implique plutôt des voyages improvisés à Hong-Kong ou en Amérique Latine. Depuis Sion, Grenoble n’est pas vraiment le bout du monde, qu’est-ce que cela cache ?

Bon, dehors, c’est plutôt cavok, le temps de finir mon caoua, une douche, et en route pour Sion !

Ah ! voici son Bonanza, immatriculé aux States, pas de doute. Jean-Charles (Charlie pour Chris) l’a harnaché pour un coup de vent, on dirait…

Bon, visite pré-vol. On va aérer un peu, parce que j’ai franchement l’impression que Chris a fait du transport de poneys là-dedans.

Ok, le plan de vol est enregistré, j’ai la confirmation que les travaux ont été effectués en ordre. Jean-Charles m’a donné la clef. Départ, donc !

Décollage sur la 25

Et hop ! on trime à monter…

On va quitter la vallée du Rhône et ses vignes pour s’engouffrer dans une vallée latérale.

Face aux Diablerets, il va falloir monter encore…

À gauche, Derborence et le Pas de Cheville, c’est par là qu’on va passer.

C’est l’occasion d’exercer les 360° en montée !

Faire gaffe quand même aux turbulences près des parois.

Allez, là, ça passe on peut se mettre en palier.

Le pâturage d’Anzeindaz et, derrière, le Lion d’Argentine…

Le bleu Léman à tribord…

…en retraversant la vallée du Rhône.

Les Dents du Midi, encore dans l’ombre, je me prends quelques turbulences…

Survol du Pas de Chavanette. Derrière, c’est la France, avec Avoriaz

Et dans la brume au fond, le sommet du Mont Blanc.

En bas, la vallée de l’Arve et l’autoroute.

Au loin, le Léman et, derrière le Salève, c’est Genève.

Voilà déjà le lac d’Annecy en vue…

Puis celui du Bourget, il est temps de virer pour éviter la TMA de Chambéry par le sud !

La vallée de l’Isère en vue…

Vérifions quelques repères au sol, pas de doute, c’est bien l’Isère !

Quelques minutes plus tard, me voici en finale au Versoud.

Bon Dieu ! Y a du monde…

Ah ! une place pour moi ! Vite, mettre le clignotant avant qu’on ne me la pique…

Un dernier contrôle de parc, avant de rendre l’avion à son proprio.

Pas de Chris en vue. Ma parole ! mais c’est Sophie !?

… qu’est-ce que c’est que cette histoire !? Pourquoi Sophie m’attend-elle toute seule à l’aéroclub, où est passé Chris ?

Vous le saurez en lisant Convoyage (II)
(à suivre)


#2

bravo_)= bravo_)= bravo_)= bravo_)=

Que dire d’autre, je sens qu’on a un artiste parmi nous ! :smiley:

Rémy


#3

Génial :exclamation:

Heu, “en vrai”, je sais pas si on frôle les montagnes comme ça :unamused: :laughing:


#4

Salut,

Excellent !
Et la photo n°1 prouve bien que les avions lévitent à Sion, n’est-ce pas Mav’ ?
(Cf. Posts récurrents sur ce forum).


#5

:arrow_right: crie=) Génial :exclamation: :exclamation: :exclamation:

Trop bien réalisé ! Superbe récit !!! bravo_)=


#6

Merci, merci :smiley:

La règle générale en montagne consiste à voler à droite dans les vallées et d’aborder les cols en travers, pour se ménager la possibilité de faire demi-tour. Comme toute règle, elle a ses exceptions, quand la sécurité l’exige. Néanmoins, cela implique bien souvent de passer proche des montagnes. Il faut effectivement faire gaffe aux turbulences et se garder tant qu’on peut de la marge pour se sortir des rabattants.
Pour la prise d’altitude au-dessus de Derborence, l’espacement des montagnes ne permet pas de cercler plus à l’écart des Diablerets. En réalité, il vaudrait mieux cependant prendre plus d’altitude dans la vallée du Rhône avant de s’engager dans la vallée latérale - ce n’est pas avec la puissance du Bonanza que j’aurais pu me sortir d’affaire en cas de vents défavorables… :unamused:


#7

C’est un peu ce que je pensais :bulb:

En tout cas, c’est génial comme je te l’ai déjà dit.


#8

Excellent…j’aime bien ce genre d’histoires…au début j’y ai cru dis donc a la carte express tout compris…lol


#9

tres beu et j’aime bien les câble qui tienne l’appareil avant le démarage


#10

Captivant !

Cet itinéraire se fait en réel ?

passer près des dents du midi , ça doit être un sacré spectacle !

au Versoud , il y a toujours du monde .

:wink: