Approche et Atterisage ILS


(Mael ) #1

Bonjour à tous !
Alors voila, je possède FSX de la version Steam.
Mon simulateur est en construction, j’arrive à faire un vol mais je n’arrive pas à atterrir sur l’axe de la piste.
Il faut l’ILS!
Apparemment pour le trouver je vais sur la carte mais je ne réussis pas. Comment je fais alors ?
2/ C’est quand qu’ont rentre l’ILS? Le contrôleur ne diras rien?
Si vous pouvez me faire un récapitulatif complet Word ça serais super. Je suis papier.
Donc, sans utiliser la carte pour la fréquence et le cap. Un site web ou je sais pas…
Merci à tous d’avance ! :slight_smile:
Maël


(Robin) #2

Bonjour ! Petit récapitulatif sur l’ILS.

L’ILS (instrument landing system) est équipé de balises au sol qui émettent sur une fréquence précise. L’avion capte les signaux émis au sol, les décode, et les utilise pour se guider vers la piste. L’ILS est constitué de deux parties :
-Le Localizer (aussi appelé LOC) qui guide l’avion “horizontalement”, c’est lui qui va veiller à ce que l’avion soit bien dans l’axe de la piste.
-Le Glide Slope (aussi appelé GS) qui guide l’avion “verticalement”, c’est lui qui va veiller à ce que l’avion soit à la bonne altitude par rapport à la piste pour qu’il soit sur le bon plan de descente.
Pour inteecepter un ILS, il faut déjà rentrer sa feéquence dans l’avion, dans la fréquence NAV1. Une fois cette fréquence entrée, l’avion peut intercepter l’ILS. Mais il y a encore quelques petites choses à faire. Il faut que la course (aussi appelée CRS) entrée sur le pilote automatique ou sur le panel radio soit égale au cap de la piste. Exemple à Deauville LFRG, la piste 30 a un cap 299°. En entrant cette valeur dans l’avion, il se guidera correctement vers la piste, parfaitement dans l’axe. Ensuite, il faut que l’avion se trouve sous le plan de descente. Pour cela, le plus simple est de regarder dans les cartes du SIA. Sur deauville LFRG, la carte IAC ILS 30 (c’est pas son nom exacte mais en gros c’est ça) indique que l’interception se fait à 3000ft. C’est écrit en bas sur le petit schéma du plan de descente. Il faut donc se présenter à 3000ft. Ensuite il faut arriver à un cap différent du cap de la piste, ±30° est l’idéal. Lorsque l’on se dirige vers l’axe de la piste, on enclanche le mode APPR du pilote automatique qui va armer localizer et glide slope. Lorsque l’avion intercepte l’axe et le plan, il s’alignera automatiquement sur eux.
Je te conseille de regarder ce document fait par IVAO France : http://www.ivao.fr/dep/instruction/Manuels/Ipack-FR_V2/Files/page.php?page=Fiche_Pilote_ILS.pdf
Si tu as d’autres questions, sur un avion précis par exemple, ou que tu veux plus de précisions, n’hésite pas.


(Mael ) #3

BronxAbordhel
Merci de ta réponse c’est sympa !


(Jean-Louis) #4

Et lorsque tu maîtriseras les approches au P.A. essaie d’en effectuer en manuel, d’abord avec, puis sans visibilité, ou visibilité de plus en plus réduite ! C’est pour moi la quintessence du plaisir de la maîtrise du pilotage aux instruments :blush::wink:


#5

[quote=“LearAddict, post:4, topic:39692, full:true”]
Et lorsque tu maîtriseras les approches au P.A. essaie d’en effectuer en manuel, […][/quote]
Ce n’est pas plutôt dans l’autre sens: apprendre (et maitriser) en premier “a la main” puis, ensuite, avec le P.A.?


(Jean-Louis) #6

Bonjour,

Nous parlons de simulation de vol ludique, donc chacun fait comme il le souhaite !

On parle souvent ici de piloter des A320 ou 737 p. ex. , mais si tu as envie de progresser pas à pas pour vraiment maîtriser toutes les phases du pilotage et des procédures, il convient effectivement de débuter sur des monomoteurs genre C 172, en vol à vue, puis en venir à effectuer des approches ILS - en manuel - en respectant (ou pas) progressivement un maximum des indications données sur les fiches d’approche.

Ceci étant, si tu n’as pas encore l’habitude du pilotage - manuel - en IFR, je te défie de maintenir sur le glide et poser un Learjet par exemple en approche sans visibilité (dans le brouillard, plafond à 200 ft) en pilotage manuel. Le PA est bien utile pour alléger la tâche du pilote. Un de mes défis préférés est justement de faire du tour de piste dans la couche aux instruments en manuel par temps de brouillard ou de très mauvaises conditions météo (vent, turbulences, visibilité nulle). Essaie, tu verras que c’est très formateur :joy::rofl: : tu apprends ainsi à te fier à tes instruments et plus à ce que ton oeil perçoit à l’extérieur du cockpit… sinon, c’est crash assuré :nauseated_face:

Si tu te lances dans le monde de la simu sans avoir réellement piloté, simplifie les choses au début en tout cas, sinon, ce sera Sisyphe !

Bons vols


#7

Salut,

Je souscris a cette analyse: l’avantage du simu, c’est que l’on peut faire ce que l’on veut, directement, sans licence, ni dépenser des millier d’euros.

[quote=“LearAddict, post:6, topic:39692, full:true”]
Ceci étant, si tu n’as pas encore l’habitude du pilotage - manuel - en IFR, je te défie de maintenir sur le glide et poser un Learjet par exemple en approche sans visibilité (dans le brouillard, plafond à 200 ft) en pilotage manuel. Le PA est bien utile pour alléger la tâche du pilote.[/quote]
Je vais essayer (je ne suis pas tres familier du Learjet) et je t’en propose deux autres:

1- KJFK ILS 04R approche a vue pour la 31R:

  • en 737 ou 320
  • avec plafond au minimum
  • volets rentres (bloques)
  • sur un moteur

2- EDDH NDB 05:

  • en raw data
  • plafond au minimum

Je dois avouer que ma question était un peu orientée… Je suis sur FS depuis les années 90 (le bon vieux temps de Meigs et de l’épandage agricole en guise de mission) et pilote dans le réel.
Bons vols.


(Jean-Louis) #8

Bonjour,

Oui, les approches sur un seul moteur qui plus est avec météo défavorable sont un grand must :anguished: !

Tu es pilote sur quel type d’appareil ?

Bons vols virtuels comme réels !


(system) #9

Ce sujet a été automatiquement fermé après 3 jours. Aucune réponse n’est permise dorénavant.